Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Infos club

Ecole de vélo à partir de pupille, né en 2008. Entrainements les mercredis après-midi : VTT-Cylo-cross de septembre à février puis route de février à septembre.  

Renseignements :

Jean-claude Laffont

Port : 06 77 98 03 35

Flyer  https://db.tt/DA1iufCm

---------------------

 Les éducateurs :

Eric Robert

 
Denis Sonier
 
 
 
Jean-claude Laffont
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 09:04

Voici une interview de Mickaël Buffaz qui est paru ce vendredi dans le journal où je suis en stage: "Voix de l'Ain"

"Le coureur cycliste professionnel arrive chez Cofidis

 

 Mickaël Buffaz étrenne ses nouvelles couleurs…

 

 

 

 

 

 -Vous voici sous vos nouvelles couleurs, quelles sont vos premières impressions ?

Mickaël Buffaz :  Cofidis, c’est  un autre univers. Au premier stage, on était une trentaine de coureurs. Dans les équipes où j’ai couru auparavant, on était environ une vingtaine à chaque fois.

 

-Quelle est la principale différence avec ces équipes là ?

Justement, c’est le nombre de coureurs et le fait que l’on sait déjà qu’il y a des coureurs qui ne seront jamais ensemble sur une même course. C’est un tout autre type de structure.

 

-Et le fait de côtoyer certains grands coureurs français comme Chavanel ou Moncoutié ?

C’est très motivant de se retrouver à leurs côtés. J’ai déjà bien discuté avec Sylvain Chavanel. A vrai dire, j’ai n’ai qu’une hâte, courir avec eux et pour eux.

 

Sur un plan personnel, quels seront vos objectifs ?

Je sais déjà que je participerais à un grand tour, en l’occurrence le Tour d’Italie. J’espère bien y figurer. Ensuite, les championnats de France me réussissent généralement assez bien au mois de juin et puis bien sûr, j’aimerais briller sur mes terres lors du tour de l’Ain.

L'Italie marquera le départ de votre premier grand tour. Vous n'etes pas trop déçu de ne pas participer au tour de France?

Non, c'est dans la logique des choses. je ne peux pas avoir de regret car je savais en signant à Cofidis que ceux qui iraient sur le Tour auraient plus d'expérience que moi. Bien sûr, ne pas prendre le départ du Tour est une déception et je ne ferai pas non plus le Critérium du Dauphiné-Libéré. je retiens tout de même que je vais prendre part à un grand tour, mon premier.


Vous participez à des quelques cyclo-cross, l’occasion de côtoyer quelques coureurs amateurs ?

Oui, je ne suis pas un spécialiste mais j'y vais pour l'ambiance différente qu'il y règne. Avec Fred Annequin (mon marchand de cycle attitré) nous passons des moments très sympas et en plus le cyclo-cross rentre dans ma préparation sans problème.



Outre le cyclo-cross, quelles disciplines pratiquez-vous l’hiver venu ?

-Je fais du ski de fond quand il y a de la neige, du footing, des sports collectifs (foot, badminton...).

Etre dans une nouvelle équipe est-il  source de motivation supplémentaire ?

-Oui car j'aime ce qui est nouveau. La nouveauté est tout simplement pour moi une source de motivation. En plus Cofidis fait partie de l'élite du monde du vélo alors qu'est-ce qu'on peut trouver de mieux pour se motiver ?

 

 

Propos recueillis par Julien VEYRE

 

 

 

 

 

Interview dernière :

 

Dernier coup d’œil sur les jeunes talents du cyclisme français (qui vois tu émerger ces prochaines années)?

Franchement je ne saurais pas répondre à cette question. Depuis que je suis entraîneur de l'Etoile Cycliste Muroise (dans mes temps libres) j'ai vu très peu de jeunes physiquement prometteurs mais à chaque fois que ce fut le cas, ils n'ont pas passé le stade des espoirs pour des causes très diverses. Alors il est vraiment difficile de voir qui peut émerger dans les années futures, il y a trop de paramètres incontrôlables.

Dernier livre : je n'aime pas lire, je ne prends pas le temps pour cela! À tort certainement.


Dernier ciné : il y a 6 mois, je ne rappelle plus du film, mais avec un enfant de 22 mois maintenant il est difficile d'avoir des soirées de libres pour aller au ciné.


Dernier DVD : Star Wars

 

Dernier coup de cœur : justement pour ces 6 volets de Stars-Wars que je n'avais jamais vu.


Dernière chute : Samedi dernier au cyclo-cross de St Paul en Jarez


Dernières larmes : Quand je suis parti en Stage lundi matin en disant au revoir à mon fils et ma femme


Dernier fou rire : avec une bêtise de mon fils, à cet âge là ce sont de vrais clowns.


Dernier coup de gueule : que les plus grandes affaires de dopage concernant les stars de notre sport n'aboutissent que très rarement, par contre lorsque que c'est un coureur méconnu pour une faute mineure, là, ça va toujours jusqu'au bout avec des sanctions exemplaires!


Un dernier mot ou conseil ? Je veux dire aux jeunes que le vélo est un sport très dur mais que c'est aussi pour ça que ceux qui on le courage de le pratiquer à haut niveau, en retirent des qualités (volonté, persévérance,  humilité) qui leurs seront utiles pour leur reconversion professionnelle après une carrière sportive.

Repost 0
Published by jv - dans Interview
commenter cet article
4 novembre 2006 6 04 /11 /novembre /2006 12:16

Voici un article extrait du Dauphiné Libéré  du 3 décembre

Trois questions à ... Melvin Rullière

 

 

 

Le 31ième cyclo-cross de Sarras se disputera ce dimanche. Toutes les catégories seront mises à l'honneur sur le circuit tracé dans les coteaux (des jeunes dès 11h aux seniors à 14h15). Ce cyclo-cross sera l'occasion d'observer Melvin Rullière, junior du club organisateur et qui monte en puissance depuis le début de la saison hivernale.

Le DL : Quel est votre objectif pour dimanche ?

Ce cyclo-cross est particulier puisque il est organisé par mon club. Après les places d'honneur récoltées depuis le début de la saison hivernale (ndlr : 6ième à Bourg en Bresse et à Salaise, 5e à Pont de Cheruy, 4ième aux Abrets et à Champos et 3ième à Belleville), je pense pouvoir viser un podium.

Le DL : Et pour le reste de la saison ?

L'idéal serait d'intégrer la sélection Rhône-Alpes. Ensuite, j'aimerais vraiment faire les championnats de France. Avant cela, les championnats Rhône-Alpes seront un rendez-vous majeur. Une place dans les 5 premiers serait un bon résultat.

Le DL : La région Rhône-Alpes regorge d'excellents juniors...

Oui, le niveau de la sélection régionale est très bon. Thibault Taboury a remporté la première manche du challenge nationale devant Thomas Girard, tous deux de la sélection Rhône Alpes. Et mercredi, j'ai fais 3ième d'un cyclo-cross remporté par Jérémy Dupeyron lui-même 20ième à la manche du challenge nationale. Mais cela n'en est que plus motivant. Je côtoie Thibault (Taboury) au pôle espoir de Saint Etienne où je fais mes études. D'ailleurs, dimanche, il sera à Sarras...

Interview de Julien Veyre

Repost 0
Published by jv - dans Interview
commenter cet article
6 janvier 2006 5 06 /01 /janvier /2006 17:38
Voici l'interview de Christophe Edaleine. La première partie de cette interview a été publié dans le Dauphiné Libéré aujourd'hui. 
Ensuite, Christophe nous livre des réponses exclusives...
 
-Comment as tu géré ta préparation hivernale?
 
C E : J'ai commencé ma préparation hivernale début Octobre alors que d'autres étaient encore en pleine saison 2005.
En effet, j'ai arrêté les courses après mon abandon à la Vuelta donc forcément
j'ai repris plus tôt. Tout s'est bien déroulé, mais cela ne veut pas dire que
je serai au top en Février. Mes débuts de saison ne sont jamais
sensationnels...


-Quels seront tes objectifs pour 2006?
C E : Mes objectifs restent les mêmes, à savoir profiter de mon pic de forme qui
arrive souvent en Mai / Juin / Juillet et concrétiser sur des courses telles
que le Dauphiné, le Championnat de France... Je vais à nouveau participer au
championnat de France de clm et donc faire une préparation en conséquence.


-Connais tu déjà ton programme ?
C E : Je commence au Tour Med puis Haut Var, Haribo, Chiasso, Lugano, Paris Nice (si
bonne condition), Cholet Pays de Loire, Criterium International, Circuit de la
Sarthe, Paris Camembert, Tour de Romandie, Tour de Catalogne, Dauphiné Libéré,
Clm par equipe à Eindoven, Chpt France Clm + Route


-Comment s'est déroulé ton intégration au sein de l'équipe CA?
C E : J'ai découvert ma nouvelle equipe à l'occasion d'un mini stage de 2 jours pour
récupérer le matériel et discuter du programme de courses. Il y a beaucoup de
jeunes, c'est ce qui m'a surpris. Je me sens vraiment bien dans cette équipe et
le dialogue avec les Directeurs Sportifs s'est vraiment bien passé. A moi d'être
digne de leur confiance.

 
-Quel sera ton rôle au sein du CA?
 
C E : Mon rôle sera d'obtenir des résultats dans les courses que j'ai coché et
également d'aider le groupe dans les autres courses.
 

 
-Comment as tu trouvé la rando de Séb Joly?
C E : Tres bien organisée avec l'aide de sa famille et de son club de Sarras St
Vallier. Un peu plus de 100 vététistes pour une 1ere s'est encourageant. Le
parcours était sympa également. Un coup de chapeau à Amandine, sa soeur pour sa
participation !


 
-Peux tu nous parler de ton parrainage pour le téléthon et comment tu as vécu ce moment?

C E : Lorsqu'on m'a contacté pour parrainer le Téléthon en Ardeche, j'ai accepté de
suite. Mon emploi du temps me permettait d'être présent donc j'en ai profité
pour apporter mon soutien à cette cause qui, pour nous les sportifs, nous tient
plus particulièrement à coeur.
En effet, j'ai la chance de "vivre" de mon sport, le vélo. Un sport tout simple,
mais qu'il est impossible de pratiquer pour tous ces gens, ces enfants malades.
A l'occasion de ce Téléthon j'ai eu la chance de rencontrer des personnes
vraiment incroyables. Des gens qui se battent contre leur maladie et qui nous
rappellent que parfois nos petits "bobos", pour lesquels on a tendance à se
plaindre, sont insignifiants...
Je garderai toujours en mémoire le petit garçon sur son fauteuil, Alexandre, à
qui j'ai remis un maillot dédicacé. J'ai envie de me battre pour lui et je pense déjà au Téléthon 2006.

Des questions pour le site...

 -Comment te vois tu dans dix ans? Toujours dans le vélo?
 
C E : Je ne pense pas que dans 10 ans je serai encore sur le vélo... Peut être
toujours dans le milieu du vélo, mais pas dessus !

-Que réponds tu à Sébastien Joly sur ta performance en course à pied à Annonay: cf :http://ssvcinfo.over-blog.com/categorie-379438.html

C E : Je ne savais pas que Seb avait fait de la compétition en course à pieds.
Décidément il a touché à tous les sports... Mais bon, j'espère que l'année
prochaine il osera se frotter à moi.

-Qui de vous deux parles t-il le mieux les langues étrangères (tjs par rapport à son interview et à son pb à la douane)?
 
C E : Seb s'est fixé un objectif pour 2006 ! Mais c'est Marc Madiot qui va être déçu
en apprenant que celui-ci est d'apprendre l'anglais ;-) Je ne pense pas qu'il
l'ait recruté pour ça... Mais c'est bien que Seb prenne conscience, à 26 ans,
que les langues étrangeres sont importantes. C'est maintenant qu'on se dit que
finalement on aurait peut etre dû suivre un peu plus les cours d'anglais à
l'école (quand on y allait... n'est ce pas Seb...)
Good luck man !
Repost 0
Published by jv - dans Interview
commenter cet article
12 décembre 2005 1 12 /12 /décembre /2005 23:04
Petit entretien avec Sébastien joly, en stage en mayenne avec sa nouvelle équipe et dont la rando VTT a lieu ce dimanche...
-Comment t’es venu cette idée de randonnée ?
 
Sébastien Joly : « A la base, Christophe Edaleine a organisé une rando sur route à Annonay. Pour respecter l’équité et la pluridisciplinarité, on a pensé, avec Bernard Sonier, à mettre en place une rando VTT à St Vallier. Pour l’instant, on le fait par alternance, une année chacun, mais si les participants répondent présents, on renouvellera l’opération et on fera les deux randonnées la même année ».
 
-Peux tu expliquer en quelques mots le déroulement de celle-ci ?
 
S.J. : « Tous les vététistes souhaitant faire la randonnée le peuvent. Le seul impératif est d’être casqué. Il y aura un petit parcours (3kms) pour les plus jeunes (gratuit pour les moins de 10 ans), puis des parcours longs de 10, 23 et 30 kms. Les frais de participations sont de 3 €uros minimum pour les moins de 16 ans et de 5 €uros minimum pour les plus de 16ans et seront reversés à une œuvre caritative. J’en profite pour remercier toux ceux qui m’aident pour cette rando, notamment la ville de St Vallier et Super U Annonay. L’objectif est de rassembler tous les amoureux du vélo pour une sortie conviviale ».
 
-Combien as-tu fais de kms cette saison ?
 
S.J. : « Honnêtement, je ne note pas forcément toutes mes sorties. C’est entre 26 000 et 27000 kms »
 
-Que penses tu de ceux qui disent qu’à moins de 30-35 000 kms par an, un pro ne peut pas briller sur les épreuves mondiales ?
 
S.J. « Ça ne veut rien dire. Je pourrais rouler et faire plus de 35 000 kms par an. Mais si c’est pour rouler à 25km/h aux entraînements, ça ne sert à rien »
 
-Tu es en stage avec ta future équipe (« La Française des jeux »), comment cela se déroule t-il ?
 
S.J. : « On a fait une randonnée avec les supporters de l’équipe samedi dernier. Et là (lundi), on a roulé 5 heures aujourd’hui. On remet ça demain et jusqu’à vendredi ».
 
-Et au niveau de l’intégration dans le groupe ?
 
S.J. : « L’intégration est parfaite à l’heure actuelle. A vrai dire, je connaissais déjà une partie de l’effectif. J’ai couru avec Casar et Bichot en Junior, avec Jegou en 2004 et Leblacher en 2005. De plus, Thierry Bricaud a déjà été mon directeur sportif pendant longtemps. Ça fait déjà un bon noyau de connaissances. J’ai également des affinités avec d’autres coureurs, et Marc Madiot fait tout pour mettre tout le monde à l’aise, notamment les nouveaux. Je m’étais imaginé cette équipe, je ne suis pas déçu. » 
 
-Au premier stage, tu as partagé l’entraînement du champion de France de cyclo-cross. Peux tu nous parler de Francis Mourey?
 
S.J. : « Francis est véritablement impressionnant sur son vélo. Il possède une grande agilité et une vitesse de jambes impressionnante. Le 1er jour, j’ai essayé de le suivre sur un passage à pied. J’ai vu la différence entre un coursier en préparation et un cyclo-crossman en forme. J’étais à bloc tandis que lui n’était qu’à 60 %. » Au niveau technique aussi, il est  très adroit. De mon côté, je ne me consacre pas véritablement au cyclo-cross car il me faut une grosse préparation foncière en hiver et cela n’est pas vraiment compatible. Mais j’admire cette discipline, très spectaculaire, au même titre que le cross country et la descente en VTT ». 
 
 
-Justement, as-tu suivi l’actualité du cyclo-cross dans ta région ?
 
S.J. : « Oui, de loin. Je sais tout de même que 4 hommes dominent la discipline dans la région. Pagnier est toujours présent, Genthon est régulier, comme Herbretaux, solide. Celui qui me semble avoir le plus progressé est David Bonhomme, et son transfert vers Charvieux peut lui apporter encore » (Heureusement que Sébastien dit suivre de loin !!!)
 
-Connais tu déjà un peu ton programme ?
 
S.J. : « Non. Justement, on doit en parler cette semaine. On m’a donné une feuille sur laquelle je dois cocher mes idées de courses, donc… on verra ».
 
-Quels conseils donnerais tu à un jeune qui débute le cyclisme?
 
S.J. : « De faire du vélo pour le plaisir en premier lieu. De ne pas forcément se cantonner à un seul sport. La diversité est une bonne chose. Et puis, oui, surtout de toujours pratiquer avec plaisir, avec envie et amusement ».
 
-L’école de cyclisme va rouvrir ses portes à Sarras Saint Vallier grâce au travail de Jean Paul Speissman. Qu’en penses tu ?
 
S.J. : « Cela me fait très plaisir ! Je pense à tous ces jeunes enfants qui voudrait faire du vélo et qui vont pouvoir le faire dans de bonnes structures. Là comme ça, je pense à mon neveu qui était intéressé, mais c’est sur, c’est une bonne nouvelle pour tous les jeunes ! »
 
-Suis tu les performances des jeunes coureurs du SSVC ?
 
S.J. : « Oui. J’ai vu qu’il y a un bon groupe, que ce soit des minimes aux juniors. Il y a une cohésion et des noms qui reviennent bien sur. Le plus « connu » est assurément Camille Chancrin. Personnellement, j’ai été surpris de son retour après sa grave chute cette année. Je ne pensais pas le revoir à un bon niveau avant 2006. il revient et gagne, bravo. Bien sûr, il ne faut pas s’enflammer. Ces années en minimes/cadets, c’est bien de gagner, mais c’est vraiment maintenant que le plus dur commence. A 16-17 ans, il est parfois dur de faire des concessions pour le vélo, pourtant c’est vraiment le moment. Avec de l’entraînement et du sérieux, le SSVC pourrait bâtir une belle équipe de coureurs nationaux à l’avenir. C’est ce qu’il manque dans la région ».
 
-As tu déjà pensé à ta reconversion et si oui, vers quel domaine souhaiterais tu aller?
 
S.J. : « A vrai dire, je pense avoir encore un peu de temps. La Française des Jeux organise une réunion à ce sujet pendant le stage, c’est une bonne chose. Pour moi, on verra… »
 
-As-tu encore des problèmes de Valise à l’aéroport dans des pays comme le Danemark (Sébastien avait eu des soucis pour s’exprimer en Anglais il y a quelques temps)?
 
S.J. : « J’ai acheté un logiciel d’anglais cet hiver. Promis je m’y met. Là dans l’équipe, il y a deux suédois, deux finlandais, un Autrichien, tout le monde parle anglais, c’est un de mes objectifs de l’année. Progresser dans ce domaine aussi. Quand je vois un gars comme Thor Hushovd qui parle couramment plusieurs langues et qui faisait l’effort d’apprendre l’espagnol sur la dernière Vuelta, je me dis qu’il faut que je fasse des efforts. » (C’est aussi ça le pro tour)
 
-On sait que tu partages des sorties d’entraînement avec Christophe Edaleine. Mais avec quels autres pros t’entends tu bien ?
S.J. : « Oulà, ils sont nombreux. Mais j’ai gardé de très bons liens d’amitiés avec Jimmy Engoulvent, Thomas Voeckler et Anthony Charteau de l’époque Bonjour ».
 
-En parlant de Christophe, penses tu que tu aurais fait mieux que lui si tu avais couru à Annonay samedi soir.
 
(Il rit). S.J. : J’ai des problèmes au genou désormais. Mais bon, j’ai été champion de la Drôme en cross en 91 et de la Vendée en 95 alors… (il rit à nouveau) pas de souci pour le battre.
D’ailleurs, j’espère qu’il aura récupéré d’ici dimanche. Si oui, il sera présent au départ de la rando.
 
-La question que tout le monde se pose mais que personne n’ose te poser : mais pourquoi tires tu la langue ?
Des réponses sont au choix :
*car les journalistes te prennent en photo en plein effort et que tu n’aimes pas ça, alors tu leur tires la langue exprès.
*car cela symbolise ta « hargne » ?
*pour imiter Christophe Moreau, d’où la progression en montagne ?
*ou « ya pas d’explication, jte demande toi pourquoi tu me poses des questions si lourdes » ?
 
S.J. : -En fait, j’ai ce rictus depuis cadet. Ça symbolise un peu le fait que je sois au taquet. Donc on va dire la hargne.
 
 
On remercie Sébastien pour cette longue interview et pour son humour. La première du site ssvcinfo.over-blog.com. Merci à lui.
D'autres infos sur Sébastien et la rando sur sur son site officiel: www.sebastienjoly.com/ 
 
 Interview réalisé par Julien Veyre
 
 
 
 
 
 
 
Repost 0
Published by jv - dans Interview
commenter cet article